Les dangers du téléphone portable

Ils sont parmi nous… Outils de travail pour certains, bijoux pour d’autres… Du simple « frigo » aux polyvalents Smartphones… Dans le monde, nous sommes plus de 75% à les avoir adoptés. Mais quels sont leurs véritables dangers ?

photo provenant du blog de Laurent Vermot-Gauchy

 
photo provenant du blog de Laurent Vermot-Gauchy

L’émission d’ondes électromagnétiques par nos portables, mythe ou réalité ?

Après avoir révolutionnés le monde, ils font planer le doute… Tout comme le tabac et l’amiante, il est urgent de dénoncer leurs potentielles nuisances : l’utilisation excessive des téléphones portables peut être dangereuse pour la santé.

De l’hypothèse à la certitude, il n’y a qu’un pas, franchi par un magistrat italien qui a déclaré que « le téléphone portable peut provoquer le cancer ».

 Mais le doute persiste entretenu par des campagnes de prévention aux conclusions hasardeuses et par des scientifiques soupçonnés d’être financées par les grandes compagnies d’opérateurs téléphoniques.

Comment tirer le vrai du faux ? Cultive Le Web a décidé de vous éclairer en vous apportant un regard jeune, et neutre, sur ce sujet polémique aux enjeux non négligeables : les revenus des grands opérateurs téléphoniques s’élevaient à 22,7 milliards d’euros en 2008 en France.

D’inquiétantes études…

Malgré le doute, la prudence est de rigueur. D’après le site internet protection-ondes.com,  le risque d’un cancer dû à l’utilisation d’un téléphone portable est avéré. Les études « à charge » ne manquent pas.

– En effet, « le Centre International de Recherche sur le Cancer a observé une augmentation du risque de cancer lorsque les enfants sont exposés à de grandes quantités d’ondes électromagnétiques.

– Une étude scandinave a montré que le risque de neurinome (une tumeur du nerf auditif) est plus élevé après une dizaine d’années d’utilisation de téléphones mobiles.

– Une équipe de cancérologues français et américains a publié récemment des mises en garde contre le rayonnement des téléphones portables, notamment en vertu du principe de précaution. Ils ont souligné le manque de recul quant à la nocivité des ondes sur l’Homme. Ces scientifiques préconisent de contrôler l’utilisation des mobiles, afin que nous ne courrions pas aveuglément le risque de développer des cancers.

– Des scientifiques de diverses nationalités, cancérologues pour la plupart, ont signé un appel à la prudence, à l’initiative du docteur David Servan-Schreiber, publié dans le Journal Du Dimanche. Estimant que le risque est aujourd’hui encore mal connu, ils ont assorti cette mise en garde d’une liste de précautions d’usage. Experts et associations sont nombreux à militer pour davantage de prudence face au risque de cancer que comporte l’usage des mobiles. »

Ne vous inquiétez pas, de simples précautions suffisent

Pour palier ces risques, inutile de vous enfermer dans une cage de faraday, de simples précautions suffisent :

– Eviter de tenir le portable à trop courte distance du corps, particulièrement des zones vulnérables comme le cerveau ou les parties génitales, et ce, même si l’appareil est en charge ou en veille

– Pour cette raison, privilégier le mode haut-parleur, les kits piétons ou des oreillettes (en évitant toutefois les modèles d’oreillettes sans fil qui dégagent elles aussi des ondes)

– Réduire le nombre et la durée des appels, en ménageant autant que possible une pause d’au moins une heure et demie entre chaque conversation

– Privilégier les SMS aux appels

– Vérifiez l’indice DAS

L’indice DAS, une vérification à ne pas négliger

Un coup d’œil rapide sur l’emballage de votre cellulaire vous permettra de connaitre son Débit d’Absorption Spécifique. Il renseigne sur la quantité d’énergie véhiculée par les radiofréquences émises vers l’usager par un appareil radioélectrique (téléphone portable, par exemple), lorsque cet appareil fonctionne à pleine puissance, dans les pires conditions d’utilisation. Il s’exprime en Watt par kilogramme (W/kg) et est limité en Europe à 2 W/kg, moyennée sur 10 grammes de tissu.)

L’EHS : handicap, syndrome, maladie ou simple hypocondrie ?

Face à cette nouvelle menace, de nouveaux handicaps apparaissent progressivement… Parmi eux, l’électro-sensibilité, appelé aussi l’électro hyper sensibilité (EHS) ou hypersensibilité électromagnétique (HSEM).  – pathologie handicapante dont le développement est en accélération rapide et dont le principal contributeur est le groupe de technologies du type Téléphonie Mobile (définition provenant du site de l’association « Robin des toits », ayant pour ligne de vie « Association Nationale pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil »).

Les symptômes de cette nuisance sont définis dans l’extrait du Colloque de Prague (Oct. 2004) sur l’Electro-Hypersensibilité (EHS) ou Hypersensibilité Electromagnétique. Ainsi, l’EHS entrainerait  « des maux de tête, la fatigue, le stress, des troubles du sommeil, des symptômes cutanés comme des picotements, des sensations de brûlure, des démangeaisons, des douleurs et des crampes musculaires […]» (extrait disponible à la fin de l’article).

 Force est de constater que l’OMS s’accorde sur ce point, elle reconnait que cette incommodité est caractérisé par des réactions semblables.

Cette pathologie est reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé comme un tableau clinique et non un syndrome. Il s’agit d’un handicap en Suède, d’une maladie au Royaume-Uni, mais le lien officiel avec les champs électromagnétiques n’est pas officiellement reconnu ! En France, l’EHS était encore ignorée par l’Etat jusqu’à ce que l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail évoque clairement son identité. Mais le lien avec les champs électromagnétiques n’est là encore pas reconnu…

En revanche le Parlement Européen ainsi que plusieurs villes américaines et canadiennes ont reconnu la réalité, physiologique et non psychologique, de cette intolérance. C’est également le cas de nombreux médecins dans le monde.

Au vu des enjeux économiques, culturels et technologiques, l’évolution du téléphone portable et donc, de ses éventuels dangers méritent réflexions. Tout comme la cigarette électronique, ou encore, l’huile de palme…

Pour plus d’information sur l’EHS consultez : http://www.who.int/peh-emf/publications/facts/fs296_fr/en/index.html

Extrait du Colloque de Prague (Oct. 2004) sur l’Electro-Hypersensibilité (EHS) ou Hypersensibilité Electromagnétique :

« L’Electro-Hypersensibilité ou Hypersensibilité Electromagnétique : La sensibilité vis-à-vis des champs électromagnétiques a reçu la dénomination générale : « hypersensibilité électromagnétique » ou EHS. Elle comprend des symptômes exprimés par le système nerveux comme les maux de tête, la fatigue, le stress, les troubles du sommeil, des symptômes cutanés comme des picotements, des sensations de brûlure, des démangeaisons, des douleurs et des crampes musculaires, ainsi que beaucoup d’autres problèmes de santé. Quelles que soient les causes, la sensibilité électromagnétique est un problème invalidant pour les personnes qui en sont affectées, alors que le niveau de Champs Electromagnétique dans leur environnement est habituellement pas plus élevé que celui rencontré dans le cadre de normal. »

Extrait du rapport sur l’hypersensibilité électromagnétique (HSEM) :

 «L’HSEM est caractérisée par divers symptômes que les individus touchés attribuent à l’exposition aux champs électromagnétiques. Parmi les symptômes les plus fréquemment présentés, on peut mentionner des symptômes dermatologiques (rougeurs, picotements et sensations de brûlure), des symptômes neurasthéniques et végétatifs (fatigue, lassitude, difficultés de concentration, étourdissements, nausées, palpitations cardiaques et troubles digestifs). Cet ensemble de symptômes ne fait partie d’aucun syndrome reconnu par l’OMS mais caractérise un tableau clinique sur lequel de plus en plus de médecins s’accordent. »

L’illustration « forfait tumeur » vient du blog de Laurent Vermot-Gauchy.

 

Samuel A.

 

Publicités

7 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. jay91 dit :

    A reblogué ceci sur L'errance d'un electrosensible and commented:
    Bon article sur la problèmatique des ondes électromagnétique, reprend les différents aspect que pose cette technologie dont le syndrome d’intolérance aux champs électromagnétique.

  2. Paul Napoli dit :

    Bonjour,
    En mai j’ai assisté a Montréal a un salon sur la pollution électromagnétique
    http://espritlogique.wordpress.com/2013/06/01/projet-ecosphere-pollution-electromagnetique-et-amir-khadir/

    J’y ai rencontre des personnes HSEM et écouté leur maux. C’est assez ennuyeux pour eux et ça les motive pour agir. Parmi eux on trouve aussi des médecins HSEM.

    Avec la prolifération de la pollution électromagnétique on risque d’avoir un accroissement de cette catégorie HSEM comme pour les personnes allergiques aux pollens et acariens.
    Ces effets sont immédiatement incommodants et on parle pas du cancer dans 20 ou 30 ans.

    Pour ma part, je n’ai ni tel. portable, ni tel sans fil, ni wifi et ni four micro-ondes. Il y a environ 30 ans, rien de tout cela existait. Aujourd’hui nous sommes devenu des cobayes et particulièrement en Amérique du Nord ou les normes sont bcp moins sévères / strictes quand Europe. Le principe de précaution les politiques américains / canadiens ne connaissent pas vraiment mais l’argent des industriels si.

    1. Chris dit :

      Si en Europe les normes étaient respectées et guidées par un souci de santé publique cela se saurait. Surtout en France. Chez les voisins anglais, c’est transparence zéro.

  3. chatou11 dit :

    Il me semble que cela n’est plus à prouver.. dès que je téléphone plus de cinq minutes sur un portable, j’ai mal à l’oreille et à la tête, du coup je l’ai supprimé. Pas de télé dans la chambre, ni radio réveil électrique etc..
    bonne semaine

  4. lorrain1 dit :

    Plusieurs sujets traités dans ce sujet : le cancer existait bien avant le téléphone portable, quant aux ondes, certaines invisibles bien plus dangereuses nous entourent depuis des années, quant aux accidents il est plus sérieux de considérer les dispositions humaines, les différences, tous n’ont pas les mêmes gènes… Exemple : tout le monde ne peut être un pilote de chasse, ou astronaute… Il faut observer, s’interdire d’être catégorique…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s