Que faire pour que les jeunes s’intéressent à la vie politique ?

Article rédigé par Abir Adam. Comme lui, vous pouvez vous aussi écrire et être publié sur un sujet qui vous passionne : que ce soit un coup de gueule, un article, une critique de film, livre, album, un poème, une réflexion personnelle, politique ou tout ce qui vous intéresse, on prend, on diffuse. Voili voilou, histoire de pouvoir s’exprimer, en toute liberté. Ecrivez, au pire ça donne l’air intelligent, au mieux ça libère, ou fait exister.
Contactez nous sur notre messagerie Facebook, ou retrouvez nos coordonnées sur le site.

Abstention,  désintérêt… C’est le regard que porte aujourd’hui une grande partie de la jeunesse sur le monde politique et a de très lourdes répercussions sur la société. Mais pourquoi ?

Tout d’abord, il y a une méfiance vis-à-vis des politiques ainsi qu’une déception à cause de promesses non-tenues. L’éducation citoyenne est également en cause : d’une part parce qu’il y a un manque dans ce domaine, mais aussi une qualité des programmes et des cours qui sont fortement négligées. C’est un vrai problème pour notre société. Il est donc temps de prendre des mesures concrètes afin de remobiliser le grand public et particulièrement les jeunes à la vie politique. Mais que font nos dirigeants ?

François Hollande a annoncé l’élargissement de la prime d’activité aux jeunes. C’est en effet une bonne chose mais cela ne règle pas le problème du chômage, de la précarité, de la perte d’une confiance et d’une espérance très forte que les jeunes avaient pour le candidat Hollande de 2012. Il avait promis une « priorité jeunesse », on a quelques avancées et puis c’est tout. En matière d’éducation plus précisément, d’éducation citoyenne, il a fallu attendre les événements qui ont frappé notre pays pour que le gouvernement ouvre enfin les yeux alors que les organisations de jeunesses tiraient depuis bien longtemps la sonnette d’alarme…

Le Président de la République nous a annoncé que l’éducation civique juridique et sociale (ECJS) au lycée sera remplacée par quelque chose de plus complet dès l’année prochaine, l’éducation morale et civique (EMC). C’est censé apprendre à un lycéen, futur électeur, le rôle des institutions, permettre à tous de débattre, parce que oui les enfants de la République aiment débattre. Mais dans les faits, on attend toujours de voir si cette ‘’nouvelle’’ discipline sera réellement enseignée, ou, comme maintenant, un moyen de terminer le programme d’histoire, de géographie ou de philosophie… Au passage, l’éducation morale et civique ne sera pas obligatoire tout comme l’EJCS. Ah le changement…

Pour répondre à cela, la création de plus en plus de conseils locaux de jeunes dans les municipalités notamment pour recréer un lien avec les élus qui souvent sont des inconnus. Ce type d’instance participative permet de libérer la parole des jeunes notamment grâce à des débats entre eux et avec leurs élus. Les politiques, quant à eux, doivent les consulter afin de pouvoir ajuster leurs politiques locales, départementales ou régionales en matière de jeunesse, de culture, d’activités sportives avec les réactions et les avis qui leur seront donnés par le conseil. L’apprentissage de la citoyenneté est ainsi favorisé.

Ce type d’initiative est très apprécié des jeunes et des citoyens. Cela montre d’une part l’intérêt que porte la collectivité à la jeunesse mais aussi l’importance qu’on leur accorde. C’est aussi un outil en plus pour transmettre correctement le rôle des collectivités au grand public car il est souvent peu connu et pour conséquence il y a une tendance à se référer constamment au rôle de l’Etat. L’association nationale des conseils d’enfants et de jeunes (ANACEJ), reconnue d’utilité publique par l’Etat, travaille au niveau national sur ces questions afin de promouvoir les conseils locaux de jeunes lorsqu’il y en a, et aide également à sa mise en œuvre dans les collectivités. Que vous soyez un élu ou un jeune, je vous invite à essayer d’en créer dans votre ville, ça ne coûte rien d’essayer !

Enfin, il y a le service civique tant promu par le gouvernement ! C’est en effet un très bon moyen de s’engager dans divers actions aussi bien humanitaires qu’associatives. Beaucoup s’en servent comme un outil de réinsertion professionnelle. Le service civique est donc à la portée d’un public très large et a du succès. Maintenant il ne reste plus qu’à trouver une offre, à la hauteur de la demande…

Abir ADAM

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s